• Hélène

Réforme des études de santé : quelle stratégie adopter ?

Faut-il opter pour le Portail Santé ou pour le parcours Licence + mineure de santé ? Les études paramédicales mèneront-elles vraiment à la médecine ? Quelles spécialités choisir en 1ère et Terminale ? La réforme de l’enseignement de santé sera-t-elle réellement mise en œuvre dès 2020 ?


A quelques jours de la publication des décrets qui la mettront en œuvre, les ingrédients de la réforme des études de Santé sont maintenant connus :

- Elle s’appliquera pour les bacheliers 2020

- Elle ouvrira la porte des professions de Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie (MMOP)

- Elle substitue le numerus apertus (nombre dit ouvert d’admis en 2ème année défini par les universités en fonction des besoins des territoires) au numerus clausus (nombre dit fermé limitant les admis en 2ème année et décidé au niveau national)

- Elle ouvre 3 parcours d’accès dans une répartition qui, elle, n’est pas encore précisée :

  • le Portail Santé (1 an sans redoublement possible),

  • licence généraliste avec mineure « santé »

  • ou formation paramédicale ouvrant accès à un diplôme d’Etat.

Les intentions qui justifient cette réforme répondent aux enjeux mis en lumière par les professionnels depuis plusieurs décennies : recherche de profils diversifiés, besoin d’enseignements pluridisciplinaires, évolution profonde des métiers de la médecine avec la digitalisation, la robotisation, l’intelligence artificielle, la télémédecine, l’interdépendance avec les métiers du soin à la personne…


Cependant, il convient de se demander dans quelle échelle de temps les changements vont réellement avoir lieu, puisque le financement actuel de la réforme alloue moins de 100€ par candidat, alors qu’il faut faire évoluer les modalités d’enseignement (moins de cours magistraux, plus de travaux dirigés par exemple), dans une branche qui attire toujours plus de candidats (9300 cette année, soit près de 3 fois plus qu’il y a 20 ans). Par ailleurs, le numerus apertus ne sera pas extensible à l’infini : il sera forcément limité par les capacités d’encadrement de stagiaires dans les services hospitaliers.



Dès lors, quelle stratégie adopter ?


Les élèves des filières scientifiques (S pour les bacheliers 2020, triplettes en 1ère comprenant a minima Physique-Chimie + Maths pour les bacheliers 2021) ne devraient pas hésiter : ils choisiront en grande majorité le Portail Santé dont le contenu ne devrait pas évoluer significativement dans les premières années par rapport au PACES actuel. Pour ce parcours sélectif, il est fortement recommandé de privilégier les Maths aux SVT en Terminale, ou a minima de faire appel à un télé-enseignement en Maths pour ne pas se laisser submerger par cette matière qui sera indispensable pour comprendre les notions de Physique.



Une seule tentative via le Portail Santé sera possible : des compétences aiguës de mémorisation et de mobilisation des connaissances seront alors indispensables. Il n’est pas trop tard pour participer aux ateliers de réveil des neurones proposés par les Chemins d’autonomie !


Pour les élèves ayant opté pour des spécialités moins classiques : rien n’est perdu, cependant le sentier n’est pas large. Les Mathématiques resteront l’élément différenciateur, la Physique-Chimie la clé des matières principales. Une prise de connaissance scientifique organisée et évaluée semble indispensable avant l’entrée en licence, afin d’obtenir des notes excellentes dans la « mineure santé » qui sera choisie. Les organismes de soutien scolaire ne manqueront pas de proposer des formules adaptées.

Reste qu’il faut des ressorts de motivation importants pour soutenir un apprentissage scientifique qui ne se traduit pas dans des résultats scolaires immédiats. Parents, accompagnateurs, nous avons du pain sur la planche pour aider les jeunes à voir le sommet de cette nouvelle montagne !

81 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout